Présentation

Ce carnet a pour vocation de présenter les interventions des différent·e·s participant·e·s prenant part aux journées annuelles doctorales, ayant lieu au Centre Saint-Charles de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Organisées par les doctorant·e·s de l’École Doctorale 279 APESA (Arts Plastiques, Esthétique, Sciences de l’Art), ces  journées élisent une notion (l’illustration en 2016, la description en 2018 et l’interprétation en 2021) qui permet de réfléchir aux enjeux méthodologiques de la recherche en thèse et à la validité des outils d’analyse.

D’abord mené par l’artiste, l’interprétation se conçoit dans l’acte de sa performance et son sens spécifique de production artistique. Interpréter est ainsi une demande de l’œuvre qui nécessite d’être jouée, mise en scène, performée. Ce rapport réflexif qu’entretiennent les interprètes avec l’œuvre n’est pas exactement le même que celui du geste interprétatif du·de la théoricien·ne qui fait alors face à la problématicité du sens. Face au danger d’enfermer la production artistique dans une herméneutique des profondeurs ou d’inventer des fictions par-dessus le dévoilement authentique de l’œuvre, l’interprétation du·de la chercheur·se affronte constamment l’examen de sa propre légitimité.

Ainsi, cette notion permet de réfléchir aux enjeux méthodologiques de la recherche en art et à la validité de nos outils d’analyse. Si la recherche doit être productive, apporter ce qu’il est convenu d’appeler un « gain cognitif », il semble nécessaire qu’elle produise du sens et repose donc fondamentalement sur l’interprétation. Devant l’image, quelle posture adopter ?”