Archéologie des discours interprétatifs

11H30 – 11H50 Polina DUBCHINSKAIA – La méthode sociologique d’analyse du contenu et son application à une recherche en arts plastiques : impasse ou outil à fort potentiel ? – Arts plastiques, sous la direction de Pascale Weber et Youry Bobrov, Paris 1 et Université d’Etat de Saint-Pétersbourg (inscrite en 2015)

Résumé : 

Le caractère fluide du paradigme de la recherche-création ainsi que l’absence de son propre vocabulaire poussent inévitablement les artistes-chercheurs à l’utilisation d’outils provenant d’autres champs scientifiques. C’est ainsi que pour le début de ma propre thèse portant sur l’art performance, j’ai eu recours à une méthode quantitative, utilisée souvent en sociologie et en psychologie, celle de l’analyse du contenu. Cet outil a été employé sur des textes interprétatifs et critiques traitant de la performance et a révélé des résultats parfois surprenants. L’une des deux expériences d’utilisation de l’analyse du contenu a été menée dans le cadre de l’étude de la perception de la performance. Elle a eu pour vocation de découvrir le potentiel synesthésique de cette pratique artistique associée habituellement à un champ des arts visuels.  La deuxième étude a eu pour but une sorte d’archéologie du discours sur l’art performance en France et la mise en question de la mythologie spécifique créée autour de cette pratique. Au cours de cette communication, je souhaiterais me demander dans quelle mesure la méthode de l’analyse du contenu pourrait, via l’analyse des diverses sources d’interprétation, devenir un moyen de méta-interprétation des œuvres ainsi que des courants de pensée créés autour d’elles.

Notice bio-bibliographique : 

Polina Dubchinskaia est artiste plasticienne, doctorante de l’École des Arts de la Sorbonne  et  de l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, et enseignante de la performance et de la photographie dans les mêmes établissements. Le sujet de sa thèse est « La performance artistique depuis 1960, entre réaction et institutionnalisation. Europe, Amérique, Russie », sous la direction de Mme Pascale WEBER, Maître de conférence (Université Paris 1) et M. Youry BOBROV, Professeur (Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg). Elle a participé à divers colloques et expositions au Louvre-Lens, au MAC VAL d’Ivry-sur-Seine, à l’Université de Milan, ainsi que dans plusieurs musées russes : Tsaritsyno (Moscou), Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, musée de l’histoire politique de Russie, musée de la Communication à Saint-Pétersbourg, Alexandre Daineka à Koursk…


11H50 – 12H10 Barnabé SAUVAGE – Connecter les points ? Le compte rendu de festival comme acte archi-interprétatif – Cinéma, sous la direction de Frédérique Berthet et Dominique Rabate, Paris 7 (inscrit en 2019)

Résumé : 

Si la forme « festival » est considérée de longue date comme un acte rituel important de l’institution cinéma, l’exercice critique du compte rendu ne connaît pas la même attention. Ne se contentant pas d’un simple « passage en revue » des tendances du moment, cette pratique emprunte à plusieurs traditions interprétatives pour dessiner une cartographie du monde contemporain par le cinéma. Si l’analyse du film, postulent ces textes, peut donner accès au milieu socio-culturel et idéologique de sa production – à la « conception du monde » qui la régit –, alors le festival de cinéma serait l’objet d’une « archi-interprétation » des films et des liaisons suggérées par leur juxtaposition festivalière. Une telle hypothèse érige dès lors la profession de programmateur·rice au statut de « monteur·euse » des archives du temps présent et le festival en une forme de « cinéma de seconde main ».

A partir de l’analyse de textes publiés depuis 2008 et issus de plusieurs revues (Cahiers du cinéma, Positif, Critikat, Débordements), cette communication propose une étude des procédés interprétatifs déployés par les comptes rendus de deux festivals documentaires (Cinéma du réel, FID Marseille) pour relever le défi interprétatif de la programmation comme pour dresser la symptomatologie de l’époque

Notice bio-bibliographique : 

Barnabé Sauvage est doctorant en deuxième année à Université de Paris (Etudes cinématographiques – Littérature française), agrégé de lettres modernes et ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Sous la direction de Frédérique Berthet et Dominique Rabaté (CERILAC – ED 131) sa thèse sur le « lyrisme matérialiste du cinéma » propose une « archéologie techno-culturelle de l’idée de poésie » à travers l’étude de l’imaginaire technique et médiatique du XIXème au XXIème siècle. Il est membre du comité de lecture de la revue Débordements.

12H10 – 12H30 Discussion

12H30 – 14H30 Déjeuner