Citer dans la cité : enjeux politiques et éthiques


L’analyse de citations des mélodies, textes et gestes de Kanadehon Chushingura, pièce du kabuki dans le ballet de Maurice Béjart, Kabuki (1986) par la double lecture  

Wakako TANABE

 Notre proposition a pour but d’analyser les citations de Kanadehon Chushingura, pièce de kabuki, forme de théâtre traditionnel japonais, dans le ballet KABUKI du chorégraphe français Maurice Béjart. Comme Béjart cite des mélodies, textes et gestes de manière exacte et fidèle, nous pouvons distinguer les parties de ses réinterprétations et celles de ses citations. Nous voudrions nous interroger sur la notion de la citation au prisme de l’idée de « transferts culturels » de Michel Espagne, ainsi que les deux caractéristiques de la citation mises en lumière par César-Octavio Santa Cruz Bustamante dans sa thèse. Ce dernier distingue, d’un côté, la « “déplaçabilité” dans l’œuvre-source » et « sa reproductibilité », et de l’autre côté, le fait que « […] citer implique la transformation de l’œuvre-source […] car l’élément cité, sorti de son contexte, est introduit dans un autre et y acquiert de nouvelles connotations ». Dans les phénomènes de transferts culturels également, le code culturel du pays d’émission est sorti de son contexte, il est introduit dans le contexte du pays d’accueil. Ces transferts y produisent la transformation sémantique et le métissage.

À travers notre communication, nous éclaircirons l’efficacité de la citation de Béjart qui serait différente de l’appropriation culturelle hantant l’idée des transferts culturels.

Notice bio-bibliographique  

Wakako TANABE doctorante en études culturelles à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à l’École doctorale Arts plastiques, esthétique et sciences de l’art, en partenariat avec Institut ACTE. Elle prépare une thèse intitulée « Kabuki (1986) de Maurice Béjart : analyse esthétique d’un transfert culturel entre ballet occidental et culture japonaise depuis la notion de kata », sous la direction de Christophe GENIN depuis 2021.


Fragment filmique et contrebande photographique : l’archéologie du 6 octobre 1976 dans Uncle Boonmee d’Apichatpong Weerasethakul

Clément DUMAS

Uncle Boonmee, l’homme qui se souvenait de ses vies antérieurs (2011) du cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul se termine par la lente disparation de son personnage éponyme. Dans une grotte au nord-est du pays, Boonmee se confie avant sa mort, le cinéaste juxtaposant cette lucidité terminale avec douze photographies d’un groupe de jeune gens déguisés en militaire et tenant par une corde un homme-gorille. Nous proposons de faire l’enquête de la citation photographique qui se cache derrière cet extrait (la photographie de journaliste américain Neal Ulevich lors du massacre de Thammasat le 6 octobre 1976).

Notice bio-bibliographique  

Clément Dumas est doctorant en études cinématographiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il prépare une thèse sur les formes filmiques de la mémoire dans un corpus de films asiatiques (Lav Diaz, Apichatpong Weerasethakul et Wang Bing). Il est ATER à l’ENS de Lyon et doctorant associé à l’Institut d’Asie-Orientale (UMR 5062). Il a écrit dans les revues Recherches & travaux, Théorème et Aniki.


De l’inspiration artistique au vol épistémique

Armando ZACARIAS

En présentant des exemples concrets d’appropriation culturelle en forme de vignettes, la question de « l’inspiration » sera soulevée. Étant un terme souvent utilisé par les artistes pour justifier la reprise d’éléments essentiels de cultures menacés par l’Occident. Ceci m’amènera donc à présenter mon sujet de thèse -en lien étroit avec la culture Wixarika-,  et les réflexions méthodologiques et éthiques qui me traversent pour mener une recherche qui ne tombe dans un discours facile « d’inspiration » de cette culture et qui finisse en appropriation culturelle. Je soulignerai l’importance que, dans des tels processus, l’artiste ou chercheur.e se retrouve dans un auto-questionnement sur sa propre « identité », permettant de situer les connaissances et les pratiques.

Bio-bibliographie

De nationalité mexicaine, Armando est actuellement doctorant en Arts et sciences de l’art. Depuis plusieurs années, il se focalise dans la création visuelle, spécialement photographique. Sa rencontre avec différents artistes lui donne l’envie aujourd’hui d’explorer d’autres médias artistiques, tels que le dessin, la peinture, l’art vidéo et l’objet d’art. Il s’est aussi engagé dans plusieurs projets de création participative, notamment en milieu carcéral pour mineurs détenus et auprès d’enfants migrants.

www.armandozacarias.com


16h – Conclusion de Jennifer Verraes (MCF, Paris 8) : “Tout a été dit, à moins que les mots ne changent de sens et les sens de mot” (Alphaville, 1965)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search