Défaire les querelles

Autobiographie raisonnée d’une rencontre tardive avec trois critiques et chercheuses en cinéma : Michèle Firk (1937-1968), Geneviève Sellier (1949-) et Ginette Vincendeau (1948)

Occitane Lacurie

Dans cette communication, j’interrogerai les querelles théoriques et politiques rencontrées au cours de mon parcours de chercheuse et de critique de cinéma à l’aune des clôtures épistémiques constatées dans les études cinématographiques françaises. En interrogeant les conditions de construction du champ universitaire, en lien avec celui de la critique, qui ont mené à la mise en retrait des autrices féministes françaises depuis les années 1950, il s’agira de comprendre les conséquences matérielles de ce processus dans le paysage contemporain de la recherche et de la critique, aussi bien en termes de recours bibliographiques étrangers avec l’hégémonie de la notion de gaze, qu’en termes de bacquelache (Delphy, 1994) réactionnaire face aux mouvements féministes liés au cinéma.

Notice bio-bibliographie

Occitane Lacurie est doctorante en esthétique et études visuelles à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (École des Arts de la Sorbonne) sous la direction d’Olivier Schefer et de Christa Blümlinger. Ses recherches portent sur la question de la spectralité et de la mémoire en relation avec les média techniques.


De l’objectivité dans les études décoloniales, entre mise à distance et adhésion aux théories anticolonialistes

Marie Coquille-Chambel

Si tous les champs de recherches pluridisciplinaires ont connu leurs lots de tensions et de controverses, aucun n’a connu autant de levées de boucliers que les études décoloniales, de l’Université à l’Assemblée Nationale. En tant que domaine d’investigation esthétique et politique, le décolonialisme prétend “relativiser la centralité et la prétention hégémonique de l’universalisme abstrait moderne et de rendre possible un universalisme plus authentique, concret et pluri-versel[1]”; la question de l’objectivité se pose.D’autant plus que les critiques postcoloniales sont perçues par des chercheur.euses comme “une forme d’écriture militante qui s’inspire des mouvements de libération anti-impérialistes[2]”. Il s’agira de mettre en regard cette quête d’objectivité, poussée par les différentes attaques dues à l’impossibilité pour une frange de la société française de percevoir un continuum postcolonial, et les effets produits par cette mise à distance, à savoir que “le potentiel subversif se trouv[e] comme neutralisé par le canal de communication qui rend énonçable leur discours[3]”, montrant alors les limites méthodologiques, éthiques et pratiques de la décolonialité. Aussi, cette intervention permettra-t-elle d’actualiser les interrogations sur l’opposition entre débat politique et intellectuel, sur la responsabilité des chercheur.euses face aux mobilisations et dynamiques sociales mais également sur la finalité des études décoloniales.


[1] POINSOT Marie Poinsot et VERGES Françoise, « « La pensée décoloniale est peu développée dans le monde politique français et académique » », Hommes & migrations, 1327 | 2019, 170-176.

[2] YOUNG Robert,, Postcolonialisme : An Historical Introduction, Oxford, Blackwell, 2001

[3] GHASARIAN Christian, “La quête pathétique des études postcoloniales” dans La situation postcoloniale, les postcolonial studies dans le débat français, SMOUTS Marie-Claude (dir.), Paris, Presses de Sciences Po, 2007

Notice bio-bibliographie

Marie Coquille-Chambel est doctorante à Paris 8 et fait partie de l’Ecole Doctorale Esthétique, sciences et technologies des arts, dans l’unité de recherche Scènes du monde, création , savoirs critiques. Ses recherches portent sur le théâtre décolonial dans une perspective politique, sociologique et historique. Elle est dirigée par Nathalie Coutelet pour sa thèse intitulée “Histoire politique et sociale du théâtre décolonial en France : enjeux esthétiques, culturels et mémoriels de 1931 à nos jours”.


Surmonter l’approche synoptique : l’engagement dans la recherche à l’épreuve du contexte médiatico-politique

Wladislas Aulner

Cette communication sera l’occasion d’interroger le rapport entre la temporalité de la recherche et la temporalité médiatico-politique, autrement dit de l’actualité. A partir du cas d’étude qu’est mon sujet de recherche – à savoir l’apocalypse au cinéma, il s’agira de mieux cerner la position du chercheur face à l’actualité de son travail. L’ambition de cette communication sera d’esquisser des solutions méthodologiques, ou plutôt des positionnements scientifiques à adopter, afin de parvenir à concilier lecture de l’actualité et travail de recherche qui, tout en ne se laissant pas déborder par des liens trop superficiels entre eux, permet d’enrichir la réflexion dans ces deux domaines.

Notice bio-bibliographie

Wladislas Aulner est doctorant en cinéma au sein de l’école doctorale APESA (Arts plastiques, esthétique & sciences de l’art) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Vincent Amiel. Il a rédigé un mémoire de master intitulé « Make The Body Great Again : corps et idéologie dans le cinéma américain des années 1970 » sous la direction de José Moure. Son projet de recherches a pour objet le corps dans les films apocalyptiques.


Engagement collectif : ARQ, études de genre et histoire de l’art

Marion Cazaux et Quentin Petit Dit Duhal

Cette intervention aborde la question des genres et du militantisme au sein de l’histoire de l’art, avec la présentation du collectif de recherche ARQ (Arts et Représentations Queers). Rassemblant plusieurs étudiant·e·s en master, doctorat, en école des beaux-arts et des jeunes docteur·e·s dont les recherches interrogent les arts et les représentations queers, son rapide gain en visibilité semble traduire un besoin et une réelle attente de la part des étudiant·e·s mais aussi des professionnel·le·s.

Cette intervention propose en premier lieu de parler des difficultés qu’imposent les choix de sujets et les points de vue situés, mais aussi ce que cela apporte dans la recherche avec la liberté de repenser l’art, la méthodologie et l’écriture hors des frontières bâties jusqu’ici. Il s’agit ensuite de présenter quelques sujets de recherche traités par les membres du collectif, à la manière d’un état de la jeune recherche en cours. Les possibilités qu’offrent les études féministes et queers en termes d’analyses nouvelles ou de relectures, que ce soit sur des artistes contemporains ou non, pourront ainsi être appréciées. Sont enfin abordés la création du collectif et son rôle de synergie des forces afin de créer des événements scientifiques et communautaires communs, où chacun·e puisse trouver sa place.

Notice bio-bibliographique

Marion Cazaux est doctorante en histoire de l’art contemporain au Laboratoire ALTER 7504, École Doctorale 481 SHS, à l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Son travail de recherche s’intitule « Auto-représentations et pratiques performatives queers, de 1980 à aujourd’hui », sous la direction de madame la professeure Sabine Forero-Mendoza. Outre son travail de recherche, elle publie des articles en ligne (accès gratuit) autour des arts féministes et/ou queers, ainsi que sur la pratique du travestissement. Marion Cazaux organise des expositions qui se centrent sur les thématiques féministe et queers. Les précisions à propos de ses articles, expositions et conférences sont disponibles sur son site : mhkzo.com.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search