Du témoin et de l’archive : formes et gestes des cinémas politiques

Pratiques de l’autocritique : Godard, Marker, le cinéma direct et nous

Federico Lancialonga

Au tournant de Mai 68, des auteurs de films tels que Chris Marker ou Jean-Luc Godard abandonnent (quoique temporairement) leur statut de cinéastes-auteurs et s’engagent politiquement au sein de projets de cinéma collectif. Dans la transition d’un cinéma individuel à un cinéma pluriel, l’autocritique devient une étape centrale : elle sert à prendre la mesure du rapport avec l’autre (les membres du collectif, ceux à qui le film s’adresse, les adversaires), à considérer le film en termes d’efficacité ou de sincérité politique, à pointer des erreurs à éviter en vue de la réalisation du film suivant. Cette disposition à l’autocritique, que le cinéma militant a hérité directement du cinéma direct, semble aujourd’hui reléguée à un répertoire désuet d’un cinéma qui a enfin perdu son urgence politique et s’est fait objet de patrimoine.

Dans cette communication, nous exposerons dans un premier temps des cas d’autocritique dans le cinéma direct et militant des années 1960-1970. Ensuite, nous proposerons quelques exemples contemporains de film d’archives. Se positionnant à mi-chemin entre la création filmique et la recherche historique, la méthode proposée par des auteurs tels que Jean-Gabriel Périot ou Donal Foreman nous semble appartenir à l’« autocritique » dans la mesure où le travail du cinéaste nous parle de la distance entre les images du passé et nous : une distance qui est similaire à celle qui sépare (ou rapproche) le chercheur de son objet de recherche.

Notice bio-bibliographique

Federico Lancialonga est doctorant en Études cinématographiques et enseignant ATER à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. Il prépare une thèse sur le cinéma militant et expérimental italien des années 1950-1970, sous la direction de Vincent Amiel (Paris 1) et Sébastien Layerle (Sorbonne Nouvelle). Chercheur invité et associé à la Cinémathèque française de 2017 à 2020, son travail a fait l’objet de publications pour différentes revues françaises et italiennes (Trafic ; 1895, revue d’histoire du cinéma ; CinémAction ; Studi Culturali ; Zapruder). Depuis 2018 il est membre du conseil d’administration de l’association de recherche en histoire du cinéma Kinétraces.


Le cinéma d’archive comme engagement historique : de la biopolitique vers l’éclair photogénique dans le film 48

Nicholas Andueza

            Nous pensons qu’un certain cinéma d’archive propose une écriture engagée de l’histoire, au sens que Walter Benjamin donne à l’engagement historique, dans ses thèses sur le concept d’histoire. Il ne s’agit pas selon lui de reconstituer le passé tel qu’il était, mais de s’approprier une vision du passé à l’instant même où elle se manifeste, ici et maintenant, comme un véritable « éclair » (thèse V). L’image qui revient au cinéma, récupérée du passé et retravaillée au présent, s’insinue comme la possibilité d’un nouvel éclair benjaminien. L’analyse de 48 (2010), de Susana de Sousa Dias, montrera comment l’engagement des réalisateurs peut se convertir en engagement des spectateurs, ce qui témoigne d’une autre manière de     produire et de partager l’histoire et requiert, ensuite, une autre manière de l’analyser : à travers les « ressemblances magiques » benjaminiennes. Les images d’archive utilisées par Dias, finalement, changent leur mode d’existence : elles quittent le fonctionnement biopolitique des catalogues policiers pour un fonctionnement « photogénique », selon Jean Epstein. Ainsi, ces images reprises nous présentent, par leurs      propres mouvements, ceux de l’histoire, et, par leurs propres écarts, ceux du discours historique totalisant.

Notice Bio-bibliographique

Doctorant à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) en cotutelle avec l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne. Sujet de recherche :  « Le corps qui revient : photogénie et biopolitique dans des films d’archive », sous la direction de Consuelo Lins (Brésil) et Myriam Tsikounas (France). Titulaire d’une bourse d’études CAPES, ayant aussi bénéficié d’une bourse CNPq. Collaborateur à la revue DASartes, dans laquelle il écrit des articles de critique d’art.


Engagements pour l’Histoire, cinémas d’engagement : entre Rithy Panh et Wang Bing, quelle place pour le chercheur ?

Alexandra Szuyska

De S21 à L’Image manquante et aux Tombeaux sans nom, les films de Rithy Panh font sans cesse retour sur le génocide commis par les Khmers rouges au Cambodge. De Fengming, chronique d’une femme chinoise aux Ames mortes, ceux de Wang Bing cherchent à exhumer la mémoire des victimes de répression dans la Chine de Mao. Par la gravité des sujets qu’ils portent, ces films témoignent d’abord de l’engagement politique de leurs créateurs mais aussi celui de la durée, de leur implication personnelle voire intime, de leurs interrogations éthiques.

En miroir, pour le chercheur qui choisit ce sujet âpre, cet engagement absolu en implique un symétrique dans le travail de recherche : celui de vivre en compagnie d’œuvres qui convoquent l’histoire tragique de régimes ayant provoqué la mort de millions de personnes et de privilégier l’éthique dans le choix des œuvres et leur étude. Se pose alors la question du regard : celui que le chercheur porte sur ces films singuliers qui mêlent travail d’historien, volonté d’attester d’événements par l’image et subjectivité artistique.

Notice bio-bibliographique

Professeure agrégée Histoire-Géographie
Master 2 Recherche en Histoire contemporaine (Sorbonne Paris 4)
Master 2 Scénario Réalisation Production 2016 (Master 1 en 2015, L3 Cinéma en 2014)
Inscrite en thèse de cinéma sous la direction de Frédéric Sojcher (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, École doctorale APESA)
Sujet : Chercher, Montrer, Cacher la mort dans le cinéma documentaire : de Rithy Panh à Alain Cavalier


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search