Engagements/désengagements : la figure de l’artiste dans le monde, d’hier et d’aujourd’hui


(Dés)engagements : la soustraction comme expression politique dans les premiers films de Vittorio De Seta

Alessandro Cariello

Consacrés au Sud rural italien, les dix courts-métrages documentaires (1954-1959) et le long-métrage Bandits à Orgosolo (1961) réalisés par le cinéaste Vittorio De Seta s’insèrent dans un contexte historique où la « question méridionale » a retrouvé sa place dans le débat politique et artistique. Si pourtant d’autres tentatives filmiques de la même période participent clairement à l’analyse et à la dénonciation des conditions de pauvreté du Mezzogiorno (c’est le cas des documentaristes « démartiniens »), la critique spécialisée relève dans les travaux de De Seta une certaine ambiguïté, jusqu’à l’accuser d’une posture désengagée. C’est toutefois à partir des critiques portant sur l’esthétisation et le manque de positionnement explicite que l’on pourrait dégager un mode d’engagement « autre » : un principe soustractif sous-tend les films du réalisateur,dont la valeur politique n’émergerait qu’à travers le geste poétique. La voie empruntée par De Seta, rejetant le film « à message ou à thèse », paraît ainsi rejoindre l’idée avancée par Elio Vittorini d’un « engagement naturel » de l’art, faisant accéder au sensible une part de réel autrement intangible.

Notice bio-bibliographique

Alessandro Cariello est doctorant en cinéma à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED 279 APESA – École doctorale arts plastiques, esthétique et sciences de l’art). Il travaille sur une thèse portant sur la nouvelle génération de réalisateurs italiens au tournant des années Soixante sous la direction de José Moure. Il est diplômé d’un Master en Cinéma, esthétique et création à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2021) et d’une Licence en Sciences de la communication à l’Università degli studi di Cagliari (2018).


La carrière tardive de Juliette Binoche : vers un certain engagement (féministe, anti-âgiste, social)

Aurélien Gras

Même si Juliette Binoche demeure marquée par sa persona romantique (cf. Ginette Vincendeau), il semble que sa carrière « tardive » ait donné lieu à un plus grand engagement politique. Cette relative évolution est, sans doute, tributaire du contexte social contemporain, comme en témoignent les prises de parole médiatiques de l’actrice-star, mais nous ne nous bornerons pas à celles-ci : notre communication s’attachera à l’étude des personnages et du jeu de Binoche, notamment dans Un beau soleil intérieur (Claire Denis, 2017) et Ouistreham (Emmanuel Carrère, 2022). Domination masculine, mépris social, invisibilisation du désir des femmes de plus de cinquante ans, égalité : autant de thèmes pris en charge par l’actrice française. Mais nous verrons aussi qu’une certaine réflexivité par rapport à sa persona romantique apparaît dans la carrière tardive de Juliette Binoche, qui se noue à cet engagement.

Notice bio-bibliographique

Après un master en cinéma et un mémoire sur Abdellatif Kechiche, Aurélien Gras prépare actuellement à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Vincent Amiel, une thèse sur Gérard Depardieu (question de l’acteur-auteur). Ses articles de recherche portent principalement sur le cinéma français, contemporain en particulier (Brac, Kechiche, Varda, Chabrol, etc.). Il est également ATER à Paris 1.


La peinture aujourd’hui : un art nécessairement réactionnaire ?

Chloé Persillet

Avec l’essor de l’industrie, la peinture en tant que pratique plastique a foncièrement été affectée jusqu’à ne plus être principalement appréhendée que comme un art de l’expression spontanée, faisant fi de toute considération technique, au sens étymologique du terme. Simultanément, le métier du peintre s’est vu relégué au second plan, de sorte que sa mention même semble aujourd’hui n’être plus qu’expression désuète. Pourtant, la nature technique de la peinture pourrait permettre d’interroger autrement sa portée, à rebours de celle que l’on a pu lui prêter par un raccourci parfois trop rapide, qui ne voyait en elle, dès lors qu’elle reposait sur des techniques traditionnelles, qu’une attache  empreinte de nostalgie inévitablement stérile. En confrontant divers débats quant au  statut de la peinture,  comme à celui du métier du peintre, cette communication se propose par conséquent d’interroger l’engagement que peut soutenir, non pas une œuvre picturale isolée, mais son processus de création même, afin de questionner la dimension critique qui peut le sous-tendre. Si une pratique plastique réinvestissant le savoir-faire traditionnel du métier peut hâtivement être taxée de réactionnaire, l’est-elle pour autant nécessairement ? Ne devrait-elle pas plutôt davantage être perçue, en tant que résistance technique, comme une réaction ? Et peut-être même, une réaction nécessaire.

Notice bio-bibliographique

Chloé Persillet est doctorante et enseignante contractuelle en Arts plastiques à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (ED 58 – RIRRA 21). Elle prépare une thèse intitulée « Paysage : réflexions picturales et romantiques d’une poïétique en devenir », sous la direction de Valérie Arrault et de Patrick Marcolini. Ses recherches portent également sur les notions de « technique » et de « métier » avec une attention particulière pour le médium qu’est la peinture à l’huile, puisque c’est également en tant que peintre, en s’adonnant à un réinvestissement de savoir-faire anciens (encollage, enduction, fabrication de liants, superposition de glacis, etc.), qu’elle nourrit une réflexion à la fois théorique et pratique, engagée dans une perspective technocritique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search