Historicité de l’interprétation

9H00-9H30 – Accueil des participants


9H30 – 9H45 Alithéia SOULIÉ – L’art du XVIIIe siècle prisonnier d’une « délicieuse décadence » ? Genèse, impact, et survivances de certains clichés esthétiques – Histoire de l’art, sous la direction de Pierre Wat, Paris 1 (inscrite en 2020)

Résumé :

A la fois sulfureuse et corrompue, la réputation du XVIIIe siècle n’est plus à faire. Aux yeux des frères Goncourt, il est une « délicieuse décadence » (Edmond et Jules de Goncourt « L’Art du XVIIIe siècle— François Boucher », La Gazette des Beaux-Arts, 1879, II, p. 210) que l’art reflète. Élégance, frivolité, caprice, libertinage, érotisme, fêtes et mascarades le dépeignent à partir du XIXe siècle. Plusieurs de ces clichés perdurent encore au XXIe siècle, dans l’histoire des arts et notre culture visuelle. Comment induisent-ils notre appréciation artistique du XVIIIe siècle ? Quels choix herméneutiques privilégient-ils ? Quels en sont les dommages et les lacunes ? Notre communication révélera les stigmates laissés par ces stéréotypes interprétatifs – et ce en établissant leur généalogie. Nous nous focaliserons sur l’histoire de la peinture, et le champ des visual studies. Nous contextualiserons d’abord les discours ayant façonné, au XIXe siècle, un XVIIIe siècle iconique. Puis, nous montrerons leur transfert dans l’historiographie picturale, en nous appuyant sur des cas précis d’interprétations de peintres. Enfin, nous étudierons leurs survivances au XXIe siècle au sein de musées, de l’historiographie contemporaine, et de certains artefacts visuels. Ainsi, étudier l’art du XVIIIe siècle, véritable « machine à clichés », n’est-il pas sans danger pour le chercheur qui s’y confronte.

Notice bio-bibliographique : 

Alithéia Soulié est doctorante contractuelle au sein de l’école doctorale 441 et du laboratoire de l’HICSA de l’Université de Paris 1 depuis octobre 2020. Sa thèse, dirigée par Pierre Wat et Etienne Jollet, porte sur « les beaux-arts et le goût pour le XVIIIe siècle sous le Second Empire (1852-1870) ». En 2019, elle a notamment été co-commissaire de l’exposition « Delacroix et Eugène : l’homme derrière l’artiste », organisée du 7 février au 6 mai 2019 au musée national Eugène Delacroix.


9H45 – 10H05 Léa JUSSEAU – Les souches philosophiques d’un conflit interprétatif. La sculpture minimale envisagée par la critique d’art américaine Rosalind Krauss entre 1977 et 1990 – Philosophie, sous la direction de Carole Maigné, Lausanne (inscrite en 2020)

Résumé :

À partir des années soixante, on recense dans la critique d’art américaine l’emploi de nombreux outils heuristiques empruntés à la philosophie européenne – la méthode structurale à Lévi-Strauss, le récit phénoménologique à Merleau-Ponty ou encore l’approche critique de la culture à l’école de Francfort. Ces emprunts permettent de forger des outils d’interprétation valant à la fois comme boucliers contre un discours greenbergien et comme armes dans le conflit qui anime alors les disciplines universitaires. Adaptés à la nouveauté relative des médiums qu’ils encadrent théoriquement – la nouvelle sculpture, la photographie, le film – les discours de ces critiques héritent aussi des conflits existants entre les emprunts qu’ils effectuent. Examiner la strate philosophique qui nourrit ces discours permettra de montrer comment l’interdisciplinarité qui les fonde oriente également leurs contradictions. La comparaison de deux interprétations du même corpus artistique par une critique d’art à une dizaine d’années d’intervalles est un cas pratique qui permettra de relever ces tensions. C’est ce que nous entreprendrons de faire en montrant comment Rosalind Krauss, entre 1977 et 1990, passe d’une lecture initialement phénoménologique de la sculpture minimale à une critique de cette première lecture, devenue cette fois susceptible d’entretenir les conditions formelles du capitalisme culturel qu’elle prétendait par ailleurs critiquer.

Notice bio-bibliographique : 

Léa Jusseau rédige actuellement une thèse de philosophie à l’Université de Lausanne, sous la direction de Carole Maigné. Elle travaille sur l’appropriation de la philosophie européenne par la critique d’art américaine des années soixante-dix aux années quatre-vingt et se concentre plus précisément sur le cas de la revue October. Léa Jusseau a fait le choix de nourrir sa réflexion philosophique sur l’art d’un dialogue consistant avec des historiens de l’art grâce à des collaborations avec l’Institut d’art Contemporain de Villeurbanne, le Musée d’art Contemporain de Lyon et le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Genève, qui ont donné lieu à plusieurs publications dans le champ de la critique d’art. Elle est également l’auteur de deux articles à paraître, l’un pour la Nouvelle Revue d’Esthétique et l’autre pour la revue Critique d’art.

10H05 – 10H25 Discussion  

10H25 – 10H40 Pause


10H40 – 11H00 Matthieu COUTEAU – Lecture d’Epstein et relecture de Balazs dans la théorie de Deleuze – Cinéma, sous la direction de Teresa Faucon, Paris 3 (Inscrit en 2019)

Résumé : 

En partant du parallèle problématique entre deux grands penseurs du gros plan, cette intervention veut revenir sur la réception croisée des théories de Béla Bálazs et de Jean Epstein, qui mêle contaminations et confusions critiques. Pour ce faire, elle propose de repérer et de dénoncer l’assimilation des deux auteurs au sein de la proposition de Gilles Deleuze sur l’« image-affection ». Cette lecture uniforme est l’occasion, pour le philosophe français, d’un pliage conceptuel qui fait assumer ses idées fortes à des figures qui le précèdent, sans tenir compte de leur originalité ou de leur désaccord potentiel. Car s’il paraît logique que les hypothèses de Deleuze présentent des similitudes avec des hypothèses préexistantes, elles sont, dans le cas d’Epstein, le fruit d’une lecture honnête alors qu’elles sont, dans le cas de Bálazs, le résultat d’une relecture personnelle. La question de la récupération ou de l’appropriation des textes par un auteur, loin d’être spécifique à l’entreprise deleuzienne, soulève toutefois des questionnements féconds tant sur le plan de l’analyse que sur le plan de l’interprétation.

Notice bio-bibliographique : 

Matthieu Couteau prépare actuellement une thèse sous la direction de Térésa Faucon, dont l’intitulé provisoire est « Théorie du gros plan » et qui porte sur les puissances esthétiques de la plus petite échelle de plan qui soit. Ce travail est mené au sein de l’école doctorale 267 « Arts et médias » et de l’unité de recherche IRCAV, toutes deux rattachées à l’Université Sorbonne-Nouvelle (Paris III), depuis 2019.


11H00 – 11H20 Sébastien MANTEGARI BERTORELLI – Le pinceau et la plume. Auto- et post interprétation des peintures du Livre rouge de Carl Gustav Jung – Histoire de l’art, sous la direction de Philippe Dagen Paris 1 (inscrit en 2020)

Résumé : 

Au cœur de ses écrits scientifiques, glissées entre les rêves de ses patients et les œuvres d’art provenant de toutes les cultures, les peintures que le psychiatre suisse Carl Gustav Jung a réalisées entre 1915 et 1928 dans le Livre rouge sont un véritable exercice d’auto-interprétation. Désignant ses propres œuvres comme celles d’un simple « rêveur » (non nommé), d’un essai à l’autre, Jung élabore un travail d’analyse dans lequel il tente d’expliquer les significations de ses propres créations afin de justifier la pertinence de ses théories psychologiques. Son (auto ?) biographie, Ma Vie. Souvenirs, rêves et pensées (1961), dans laquelle il revient explicitement sur ses rêves et visions et sur les productions plastiques qui en sont tirées, lui fournit cette fois l’occasion d’une post-interprétation quelque quarante ans plus tard.

Par l’analyse croisée des peintures et des discours sur elles à plusieurs dizaines d’années d’intervalle, on se propose donc d’étudier dans quelle mesure l’auto- et la post-interprétation des créations plastiques de Jung ont nourri ses théories psychologiques et contribué ainsi à l’écriture tant de sa discipline que de sa propre histoire.

Notice bio-bibliographique : 

Sébastien Mantegari Bertorelli est diplômé du Premier Cycle de l’École du Louvre et d’un master en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Il est actuellement en première année de doctorat dans cette même université au sein de l’École doctorale 441 et de l’équipe d’accueil HiCSA, sous la direction de Philippe Dagen et en co-direction avec Christine Maillard, de l’université de Strasbourg. Sa thèse porte sur les œuvres visuelles du psychiatre suisse Carl Gustav Jung (1875-1961) et envisage de les considérer au regard des productions artistiques qui lui sont contemporaines, afin de replacer Jung et son travail plastique dans une histoire de l’art moderne. Cette recherche aborde donc la question des rapports entre les avant-gardes, la psychologie et la spiritualité, les notions de primitivisme et de transferts culturels ainsi que le concept de permanence des images.

11H20 – 11H40 Discussion

11H40 – 14H00 Déjeuner