La citation cinématographique


Modalités et enjeux de la citation de Shining dès l’ouverture de Funny Games et de son remake U.S.

Brice Bonnet

Cette intervention se propose de prendre pour objet d’étude un corpus strict fait des tout premiers plans de Funny Games (1997) et Funny Games U.S. (2007)de Michael Haneke, mis en parallèle avec l’ouverture du Shining (1980) de Stanley Kubrick. Il s’agira d’abord d’établir les modalités concrètes de cette « inquiétante familiarité » entre ces plans de cinéma, en identifiant les paramètres qu’ils partagent en commun. S’il apparaît que cette citation soit belle et bien assumée par le réalisateur, le geste citationnel suppose une reconnaissance de la part des spectateurs, et pose ainsi d’emblée la question de la « culture ». Ainsi, dans quelles mesures cette citation et cette reconnaissance produisent du sens « en plus » pour les films qui citent ? Le plan cité renvoyant au film tout entier, à son auteur, à son genre et ses fortunes (son « aura »), nous chercherons en quoi la citation –et l’acte même de citer, qui n’a rien d’une fin en soi– appuie un discours fort et explique par ailleurs la posture d’Haneke, avant de qualifier ce geste particulier, à la fois discret et signifiant, qui s’écarte tout aussi bien de l’extrait diffusé que de l’allusion ou du plagiat.

Notice bio-bibliographique  

Thèse de Doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles : « Esthétiques de l’opposition dans le mélodrame classique hollywoodien : l’écriture par antithèse et autres contrepoints », sous la direction de Marguerite Chabrol, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis, Ecole Doctorale Esthétique, Sciences et Technologie des Arts, ED 159 (Première année : 2021-2022). Laboratoire de recherche : EDESTA (Esthétique, Sciences et Technologie des Arts), ED 159, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis. Thèmes de recherche : Esthétique du cinéma ; Style et figures de style ; Faire un film « à la manière de » ; Cinéma classique Hollywoodien ; Mélodrame ; Dialectique et antithèse. Disciplines enseignées : Analyse filmique ; Méthodologie. Communication passée : « Guy Gilles : contre Bazin, contre le temps ? », dans le cadre du colloque Guy Gilles : « Je croyais que la vie était un poème » – Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis, le vendredi 28 octobre 2022


De l’hypertexte filmique à ses abus, parcours citationnel à travers les différents âges du cinéma

Matthieu COUTEAU

A l’appui de deux approches théoriques complémentaires, l’une ontologique et l’autre historique, cette intervention propose de distinguer conceptuellement deux manières de faire citation au cinéma : la première où le film cite des « textes » extérieurs à son médium, la seconde où le film cite un « texte » filmique, faits d’images, avec ou sans sons, ordonnés dans un montage. Pour établir scientifiquement cette différence, notre réflexion commencera par préciser les spécificités de la citation cinématographique et la nature audiovisuelle hybride de son texte, dont le plan serait l’énoncé. Dès lors, elle envisagera consécutivement les modalités de rapports, transformation ou imitation, entre les textes réunis par la citation (Gérard Genette, Palimpsestes) puis la triple distinction acte/forme/fonction de la citation, conçue par Antoine Compagnon (La Seconde main, ou le travail de la citation). Une fois cette redéfinition actée, notre démonstration éprouvera ce modèle à partir de ses différentes manifestations historiques. Par l’intermédiaire d’une analyse esthétique, portant sur quatre exemples représentatifs (Man Hunt, 1941 ; Vivre sa vie, 1962 ; The Untouchables, 1987 ; Babylon, 2022), elle retracera l’évolution de cette pratique artistique au sein de l’histoire du cinéma. Des premières attractions visuelles au cinéma contemporain, chaque grande période cinématographique se verra alors attribuer un type de citation précis.

De l’hypertexte filmique à ses abus, parcours citationnel à travers les différents âges du cinématographe – Matthieu Couteau (Cinéma, Université Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle)

Notice bio-bibliographique  

Matthieu Couteau prépare actuellement une thèse sous la direction de Térésa Faucon, dont l’intitulé provisoire est Théorie du gros plan sonore et qui essaie de définir un équivalent auditif à la plus petite des formes visuelles. Ce travail est mené au sein de l’école doctorale 267 « Arts et médias » et de l’unité de recherche IRCAV, toutes deux rattachées à l’Université Sorbonne-Nouvelle, depuis 2019. Il est par ailleurs ATER pour l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.


Le cas Mauvais Sang, entre références et oublis d’un « amour postmoderne »

Simon DEBEVE

Dans Mauvais Sang (Leos Carax, 1986) une voix (celle de son réalisateur) annonce et cite : « pour Christophe, qui habite le 5e, de la part de Juliette, qui habite le 1er : “L’amour moderne” par David Bowie ». Ce morceau (et cette scène) parcourt différents films. Cette séquence est ainsi l’objet d’un clin d’œil dans Kiltro (Ernesto Díaz Espinoza, 2006) et d’un réinvestissement dans Frances Ha (Noah Baumbach, 2012). On la retrouve plus récemment dans Swing Kids (Kang Hyeong-cheol, 2018). Dans ces trois films, les situations narratives sont assez similaires au film de Carax, mais surtout dans les trois cas résonnent le « même extrait musical ». Ces pratiques sont l’écho d’un vaste « jeu » cinéphilique du cinéaste post-moderne. Par l’analyse de ce « jeu », nous interrogerons l’usage de la citation de Modern Loveau travers de ces différentes apparitions, n’impliquent–elles pas une forme de confusion « ludique » entre références et oublis de la citation ? Par-là cette intervention s’intéresse aux limites de l’usage de cette/la citation.

Notice bio-bibliographique  

Thèse sous la direction de Madame Téresa Faucon, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, École Doctorale 267 « Arts & Médias », IRCAV (Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel/EA 185) Titre (provisoire) : « Le Cinéma en jeu: terrain(s) de jeux et espaces filmo-ludiques dans le cinéma post-moderne »

THÈMES DE RECHERCHE Esthétique du Cinéma ; Le Cinéma et le Jeu ; L’Enfance au Cinéma ;

LABORATOIRE DE RECHERCHE IRCAV: Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel, EA 185, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search