La citation intermédiale


“When the legend becomes fact, print the legend!” : Sur l’origine, la transmission et la légitimité dans l’acte de citer

Hayk PAUL HAMBARTSUM

Un parcours à travers trois exemples ; narrative, littéraire et filmique qui soulèvent certains enjeux autour de la citation. Notamment, celui de l’origine, ou arkhé, présent dans chaque citation qui est souvent dissimulée, ou ignorée, ainsi que sa transmission et sa figuration potentielle.

Notice bio-bibliographique  

Hayk Paul Hambartsum est doctorant en cinéma à Paris 1 sous la direction de José Moure. Son travail se concentre sur le cinéma d’archives de Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi. Son essai “The March as Gesture, the March as Figure: The Archival Prophecy of Uomini, Anni, Vita” va paraître cette année dans un recueil sur le travail de Gianikian et Ricci Lucchi publié par Amsterdam University Press. Hayk est également réalisateur, scénariste et monteur.


Le “tableau vivant” entre adaptation et citation cinématographique. L’exemple des Dernières cartouches

Adrien MALOSSANNE

Au début du cinématographe, le « tableau vivant » fut un genre qui composait avec les modèles de référence que sont la peinture et la photographie. Les films réalisés devenaient alors des adaptations de moments historiques ou d’œuvres connues des spectateurs. Si ce jeu d’influence entre image fixe et cinéma a souvent été relevé, on a assez peu approfondi la dichotomie interne de ces films dont le mouvement tendait à la fixité d’un modèle original. Car, dès lors que le cinéma cherche à être une adaptation vivante d’une image fixe, comment se conjugue la relation modèle et copie ? Est-ce que le modèle de départ est-il sujet à une adaptation ou à une citation ? À travers l’exemple de trois adaptations du tableau Les Dernières cartouches d’Alphonse de Neuville (1873), produits tour à tour par Lumière, Méliès et Pathé, on étudiera, avec les outils de l’analyse filmique, ce qui est de l’ordre de la répétition (la reproduction du tableau) et de la différence (des choix de mise en scène différents de Neuville). On verra ainsi dans quelle mesure, dans ces « tableaux vivants », la citation picturale est à la fois un modèle à atteindre et à dépasser par le mouvement.

Notice bio-bibliographique  

Adrien Malossanne est doctorant en Esthétique du cinéma à l’Université de Liège, au sein du département Médias, Culture et Communication. Son sujet de thèse L’Assaut final au cinéma : une approche esthétique de la mise à mort, sous la direction de Dick Tomasovic, porte sur l’analyse figural de la mise à mort au cinéma. Auparavant, il fut l’auteur d’un mémoire sur L’Esthétique de l’éjaculation. A côté de ses recherches, il traille au sein du service des archives de La Cinémathèque française. 


Jean-Luc Godard: un cinéma de la citation

Iris MOMMERANSY

Jean-Luc Godard a cultivé dans toute son oeuvre cinématographique, depuis les années 1950 jusqu’en 2018, l’art de la citation et de la référence littéraire. D’une phrase lancée au détour d’un dialogue à un carton inséré dans le film, différents dispositifs sont mis en place par le réalisateur pour rendre hommage à ses auteurs fétiches incorporés au matériau du film. La citation, dans son travail, est un gage de légitimité et une redevance envers la culture classique. Ainsi, afin d’analyser comment se construit l’art de la citation dans l’oeuvre de Godard, dans une sorte de révérence faite à la culture littéraire, nous pourrons mobiliser l’immense répertoire qu’il manipule, par de nombreuses adaptations scénaristiques en premier lieu. Ces références permettent de déconstruire le mythe d’une oeuvre d’auteur créée ex-nihilo, car elles sont la preuve d’une porosité entre le matériau littéraire et le matériau filmique. Par ailleurs, la citation littéraire participe aussi une méthode de composition de l’image du film, proche du collage. L’image filmique se construit par différentes sources extérieures, inserts iconographiques, gros plans sur des pages de livres qui manifestent le caractère composite du film godardien. Il s’agira alors de distinguer ces deux voies dans cette pratique effrénée de la citation.

Notice bio-bibliographique  

Iris Mommeransy est doctorante contractuelle en première année d’Etudes cinématographiques, membre du laboratoire CERILAC et de l’Ecole doctorale 131 à l’Université Paris Cité, sous la direction de la professeure Frédérique Berthet. Elle travaille sur la mise en scène et le détournement du fait historique dans l’oeuvre de Jean-Luc Godard, à des fins burlesques et et le détournement du fait historique dans l’oeuvre de Jean-Luc Godard, à des fins burlesques et et le détournement du fait historique dans l’oeuvre de Jean-Luc Godard, à des fins burlesques et professeure Sophie Coeuré à l’Université Paris Cité s’intitulant: Le cinéma de Jean-Luc Godard (1965-1967), un produit contesté de la Guerre Froide ?, pour lequel elle a obtenu le statut de chercheuse invitée à la Cinémathèque française.


Citer le citeur, deux dispositifs en un

Clément DAVENEL

       Cette intervention aura pour sujet deux œuvres se donnant à voir selon un même dispositif en deux temps : dans un premier temps, le spectateur perçoit une tache bleue sur un écran d’un mètre vingt de haut par deux mètres de large, forme abstraite visiblement réalisée à la peinture et éclairée par un fond blanc provenant d’un vidéoprojecteur au milieu d’une salle d’exposition obscure. Dans un second temps, le visage de Pierrot, image extraite du film Pierrot le fou de Jean-Luc Godard, apparaît à l’écran. Visage que Pierrot est en train, de lui-même, se peinturlurer de bleu à l’aide d’un pinceau. L’on comprend alors que l’image cinématographique est à la fois à l’origine et en réponse à la peinture, l’une et l’autre étant successivement séparées et réunies à l’aide du montage. L’analyse précise de ces matériaux – geste pictural, images en apparition, surface qui n’est ni tableau ni écran – permettra d’interroger l’hybridité de ces œuvres et de comprendre de quelle manière notre regard, et sur le cinéma, et sur la peinture, en est modifié. Plus qu’un simple geste de collage, l’imbrication de ces médiums nous renvoie à la fois à leurs différences ontologiques profondes et à leur possible rencontre par la citation.

Notice bio-bibliographique  

Clément Davenel, né en 1996, est artiste et poursuit actuellement un doctorat en Création-recherche à l’École des Arts de la Sorbonne sous la direction de Sandrine Morsillo, sa thèse s’intitule : Quand le tableau se détache du mur. Les alentours de la peinture.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search