L’interprétation, étape de l’analyse des images

14H30 – 14H50 Joy SEROR – Qui interprète, qui « sous-interprète » ? Mise en scène du « tiers observateur » dans les fictions de double : trouble dans l’interprétation – Cinéma, sous  la direction de José Moure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (inscrite en 2017)

Résumé : 

Les fictions de doubles, mettant en scène un personnage dont l’identité demeure incertaine et changeante, sont le théâtre de quiproquos, de faux-semblants et de malentendus. Qui se cache sous cette identité aux contours flous ? La figure du personnage double remet en question les lois d’identification qui consistent à identifier un personnage à travers une seule identité. Au cinéma, cette mise à mal de la notion d’identification se pose dans la mesure où un acteur n’incarne plus un seul et unique personnage, mais peut endosser deux ou plusieurs identités (cf. Jean-Louis Leutrat, Vie de Fantômes)

Cette mise à mal de l’identification, ressentie par le spectateur devant l’une de ces fictions de doubles, peut être accentuée ou atténuée par la mise en scène d’un personnage tiers, qui se trouve être témoin du dérèglement résultant de la dualité du personnage principal. Il fait ainsi écho à la posture du spectateur, pris dans un trouble de l’interprétation. La question se pose alors : qui interprète, qui « sous-interprète » ? Ces deux formes de tiers-observateurs qui se font écho, se trouvent happés par la subjectivité perturbée du personnage principal : ils sont alors dans une posture de « sous-interprétation », « engourdis » par la diégèse elle-même, aveuglés par une « perception inutile » (C. ROSSET, Le réel et son double, Paris, Gallimard, 1984, p. 11) dont les mises en scène favorisent ces jeux d’illusions et de faux-semblants.

Notice bio-bibliographique :

Joy Séror est doctorante et ATER en Études cinématographiques à l’École des Arts de la Sorbonne (Paris 1 Panthéon Sorbonne, Institut ACTE). Également diplômée d’un Master en Philosophie, mention Psychanalyse (Université Paul Valéry-Montpellier III), et d’un Master en Sciences Politiques (Sciences Po Aix-en-Provence), ses travaux proposent une approche croisée et pluridisciplinaire. Sa thèse, sous la direction de José Moure, porte sur la question du double, de la persona, de la liminalité, des transferts, échanges et flottements identitaires. 

 


14H50 – 15H10 Clément SABATHIÉ – De la vie dynamique des images métastables par la figure du présage – Cinéma, sous la direction de Jean-Michel Durafour, Université Aix-Marseille (inscrit en 2017)

Résumé :

Au sein de cette communication, j’expose ma méthode analytique des films comme processus de dialectisation des dynamiques de l’image à travers le prisme de la figure du présage au cinéma. Les quelques exemples hollywoodiens convoqués illustrent simplement un mode de raisonnement qui entraîne inéluctablement des écarts critiques avec la définition stricte du présage en se focalisant sur son essence phénoménologique, son indéfinition. Le motif du présage présente une propension à l’interprétation d’images métastables aux dynamiques paradoxales : le présage prévoit autant qu’il revoit, et plus encore, révise autant qu’il réfléchit les images du passé ou projette et anticipe des images à venir éminemment mutantes, destructibles, poreuses.

Le présage développe ainsi une seconde vue pour chercher ce qui ne surgit pas à première vue, et de fait, invite à concevoir l’antériorité du visible afin d’en dégager les extensions, les suites : aller vers ce qui se voit après. Ce retour prend la forme d’un écho imagé et imageant pour mieux voir l’au-delà du visible, et surtout dévoiler ce qui dissemble et se dissimule à notre regard. En ce sens, le champ de l’interprétation s’articule à la définition étymologique de l’apocalypse : ce qui détruit par révélation, et réciproquement.

Notice bio-bibliographique : 

Clément Sabathié est actuellement en troisième année de Doctorat en Esthétique et théorie du cinéma sous la direction de Jean-Michel Durafour (Université Aix-Marseille / ED 354 : « Langues, Lettres et Arts ») sur la question de la destructibilité de l’image dans le classicisme hollywoodien. En amont, il a obtenu un Master (Mention Très Bien) à l’Université Paris Sorbonne-Nouvelle avec pour sujet de mémoire « Les fantômes du cinéma japonais : vers un paradigme de l’image fantomatique » pour un voyage esthétique du figuratif au figural sous la direction de Charles Tesson.

15H10 – 15H20 Discussion 

15H20 – 15H35 Pause


15H35 – 15H55 Catarina BASSOTTI – L’appel à l’allégorèse au cinéma : le cas de Bacurau (2019), de Kleber Mendonça Filho – Cinéma, sous la direction de José Moure, Paris 1 (inscrite en 2019)

Résumé : 

Penser l’allégorie au cinéma pose problème à cause de la singularité des images, conséquence de la nature mécanique de leur fabrication (J.-L. Leutrat). Cependant, quand l’élément généralisant ou arbitraire trouve les moyens d’y faire irruption, nous pourrions parler d’un appel à l’allégorèse tout particulier au médium. Que ce soit au récit, au montage ou au sein de l’image elle-même, cet appel se fait évident, dû à la tension entre une discontinuité (A. Fletcher) et une « oppressante volonté de proclamation » (W. Benjamin), entre un abîme de sens et sa « poussée pédagogique » (I. Xavier). À l’interprète qui fait face à cet appel, il est demandé d’avoir un savoir préalable (W. Benjamin) afin de dévoiler la pensée cachée et de combler le creux. Quand ce savoir n’est pas à disposition, il s’ouvre un espace de mystère, une invitation à la création et à la rêverie (J.-L. Leutrat, R. Caillois), assumant gaiement le risque d’erreur et de sur-interprétation. Déjà pour l’interprète qui y reconnaît les homologies, les implications sont tout autres : l’inscription de l’œuvre dans un contexte historique et culturel déterminés, et sa conséquente mortification.

Dans cette communication, j’identifierai d’abord les appels à l’allégorèse qui se font sensibles à l’image et au récit du film Bacurau (2019), de Kleber Mendonça Filho, pour ensuite penser les possibilités de lecture de l’allégorie, entre déchiffrement du message et incitation à l’invention.

Notice bio-bibliographique : 

Catarina Bassotti est doctorante contractuelle en deuxième année et chargée de cours à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED279, Cinéma). Sa thèse, sous la direction de José Moure (Institut ACTE), porte sur les figures fantomatiques dans le cinéma latino-américain depuis les années 2000.


15H55 – 16H15 Sacha PELUCHON – Interprétations a/politiques et inter/nationales des films de Yórgos Lánthimos – Cinéma, sous la direction de Guillaume Soulez, Paris 3 (inscrite en 2017)

Résumé : 

L’analyse socio-esthétique des films de Yórgos Lánthimos peut emprunter différentes voies, selon deux facteurs interprétatifs : la prise en compte ou non de la nationalité grecque du réalisateur et de la dimension potentiellement politique dans ses films. La dimension nationale des films divise le public, qu’il soit grec ou international, or elle ouvre ou ferme plusieurs pistes données par les études sociologiques contemporaines. Il s’agit de savoir si l’esthétique des films peut se lier ou non avec les questionnements identitaires actuels de la Grèce. Le facteur politique dans l’interprétation pose lui aussi des questions de méthodes d’analyse. Là encore, la réception est divisée entre une lecture politique et apolitique de l’esthétique et des thématiques des films de Lánthimos. Or, des modèles théoriques pouvant servir à comprendre l’esthétique de ces films mêlent intrinsèquement politique et esthétique. Entre une intentionnalité politique non déclarée chez le réalisateur et une lecture publique divisée, la posture de l’analyste doit trancher. Des interprétations des films, vont dépendre le choix des outils d’analyse et, bien évidemment, de l’orientation de la lecture d’un cinéma en train de se faire.

Notice bio-bibliographique : 

Sacha Peluchon est doctorant au laboratoire IRCAV, à l’école doctorale Arts et Médias de l’Université Sorbonne Nouvelle. Sa thèse est dirigée par Guillaume Soulez et s’intitule « Vers un cinéma dialectique avec les films de Yórgos Lánthimos ». Il est chargé de cours à la Sorbonne Nouvelle en esthétique, théorie et analyse du cinéma et de l’audiovisuel.

16H15 – 16H35 Discussion