L’œuvre d’art, un souci interprétatif

14H00 – 14H20 Donna JUNG – L’interprétation de l’œuvre d’art : entre liberté spectatorielle et déterminismes sociaux – Esthétique, sous la direction de Jacinto Lageira, Paris 1 (inscrite en 2014)

Résumé :

En 1966, Bourdieu et Darbel publiaient L’amour de l’art. Cette enquête de terrain fondée sur des études statistiques d’échantillons représentatifs a donné lieu à des décisions de politiques publiques de placement de cartels et de sens de circulation dans les musées pour un public souvent en désarroi face des œuvres lui étant hermétiques. En 2020, Christian Boltanski proposait une exposition intitulée Faire son temps au centre George Pompidou de Paris. L’artiste y défendait l’idée que le spectateur devait être laissé libre, sans panneau explicatif, sans sens de circulation, dans un parcours de la mémoire, d’un voyage où chacun est laissé maître de sa propre interprétation dans une expérience du sensible. L’interprétation discursive venant traduire l’œuvre en deviendrait paralysante pour le spectateur. Si la sociologie nous montre que l’interprétation savante paraît plus qu’utile, nécessaire, pour une approche de l’art la plus socialement égalitaire possible, en même temps, elle vient perturber la lecture même de l’œuvre par sa discursivité voire la « traduction », pour reprendre le terme de Susan Sontag, qu’elle opère. L’œuvre d’art deviendrait alors le lieu où la privation d’une liberté interprétative d’un spectateur de plus en plus guidé dans ses visites artistiques entre en tension avec ses déterminismes sociaux.

Notice bio-bibliographique : 

Donna Jung prépare une thèse intitulée “Pour une neuroesthétique dynamique et réflexive, Repenser la neuroesthétique dans une interdisciplinarité avec la sociologie et l’esthétique” sous la direction de Jacinto Lageira à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, École Doctorale 279 APESA.


14H20 – 14H40 Junseok MO – Interprétation par la forme à partir de Luigi Pareyson – Arts Plastiques, sous la direction de Christophe Viart, Paris 1 (inscrit en 2019)

Résumé : 

Où commence le processus d’interprétation ? L’interprétation, chez Luigi Pareyson, trouve son origine dans la forme en tant que « une mutuelle implication de réceptivité et d’activité ». Ce processus est en contact avec le processus de la forme dont parle Pareyson. Son concept de « formativité » fait référence au processus de lutte pour créer une forme, telle qu’une œuvre finie réalisée par des artistes. Finalement, les œuvres ne sont pas les seules interprétations, mais les différentes interprétations existent ensemble. Mon travail artistique est complété par le processus de création de la forme : une continuation du vidage et du remplissage. Cette interaction rappelle la formativité de Pareyson. L’œuvre répète le vidage et le remplissage, et l’interprétation s’ouvre à travers la relation entre l’emplacement de la lumière et l’espace de la salle d’exposition. Cela crée ainsi une variété d’interprétations par la réceptivité et l’activité, en coordination avec le lieu de son espace d’exposition.

Notice bio-bibliographique : 

Junseok MO est artiste et doctorant à l’université Paris 1, à l’Ecole Doctorale Arts plastiques, Esthétique et Sciences de l’art. Il effectue un travail de thèse intitulé « Esthétique de la coexistence : lignes, sculptures, frontières » sous la direction de Christophe Viart. Il a réalisé six expositions personnelles et une quarantaine d’expositions collectives à Paris et en Corée. Son travail explore la coexistence avec les autres à travers la notion de communauté par la sculpture linéaire.

14H40 – 15H00 Discussion

15H00 – 15H15 Pause 


15H15 – 15H35 Mélissa ABERKANE – Œuvre reproduite, œuvre remplacée, œuvre déplacée, œuvre détruite : œuvres absentes ? – Esthétique, sous la direction d’Agnès Lonstrade, Paris 1 (inscrite en 2019)

Résumé :

Comment prendre en compte toutes les dimensions et la richesse des œuvres dont il est difficile (voire impossible) d’obtenir l’accès dans le contexte original où elles ont été créées ? On abordera le sujet des œuvres qui sont soit reproduites, soit remplacées par des représentations d’elles-mêmes (de qualité ou non), soit déplacées hors de leur contexte, soit encore totalement détruites, sous l’angle de la réception du spectateur, du ressenti et des opinions de l’artiste et enfin bien sûr du travail de l’analyste qui devra démêler tout cela lui-même pour pouvoir ensuite l’interpréter. Des œuvres déplacées vers un contexte muséal à celles qui sont détruites sciemment par le ou les artistes qui en sont à l’origine, en passant par les œuvres qui sont reproduites et donc recréées pour donner lieu à des expositions, on s’intéressera spécifiquement au contexte des festivals et rassemblements festifs. Et plus particulièrement à deux cas : d’une part celui de l’exposition « No Spectators », lancée en 2018 par le Smithsonian Art Museum et ensuite, à deux œuvres détruites par leurs créateurs durant le festival Burning Man, le Man et le Temple.

Notice bio-bibliographique :

Melissa Aberkane prépare une thèse en Arts Plastiques sous la direction d’Agnes Lonstrade au sein de l’ED Arts Plastiques, Esthétique et Sciences de l’Art à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, intitulée : « Création artistique, microsociétés et contresociétés : une découverte contemporaine ? » En 2017, elle a rédigé un mémoire de recherche en cinéma sous la direction de Vincent Amiel intitulé « High Rise, sur la piste d’une symbolique mystique ». En 2019, elle a rédigé un mémoire de recherche en Esthétique et Philosophie de l’Art, sous la direction de Jacinto Lageira, intitulé « L’homme qui brûle, un retour aux origines de l’art ». En 2020, elle a rédigé un mémoire de recherche en Archéologie, sous la direction de Pascal Butterlin (Paris 1) et Julio Bendezu-Sarmiento (CNRS – MNHN) intitulé « Les animaux dans le contexte funéraire à l’âge du Bronze au Moyen Orient (3300-1200 B.C.E.) ».


15H35 – 15H55 Meris ANGIOLETTI – Incorporation comme interprétation : un partage des voix – Esthétique, sous la direction de Christophe Viart, Paris 1 (inscrite en 2020)

Résumé : 

Quelle est la place de la voix dans l’interprétation ? Quels sont les enjeux herméneutiques d’un discours qui prend racine dans la vocalité et ses catégories ontologiques (unicité et relationnalité) et qui se déploie par échos corporels et subjectifs plutôt que dans une construction logique ? Comment cette réverbération acoustique et vibratoire façonne l’interprétation d’une œuvre d’art et en particulier d’une œuvre d’art performatif (interprétation d’interprétation) ? Autrement dit, la performativité de l’acte linguistique peut-elle devenir un outil heuristique et herméneutique de la recherche ?

À partir de l’analyse de l’œuvre L’art de la performance : théorie et pratique [1999] d’Esther Ferrer, l’interférence du corps au discours, telle qu’elle se manifeste dans la forme de la conférence-performance, est la clé d’un dialogue qui se structure par résonance de plusieurs voix d’artistes (Andrea Fraser, Latifa Lâabissi, Louise Hervé et Chloé Maillet, Chiara Fumai), porteuses d’un savoir incorporé.

La transitivité du langage à travers le corps et la vocalité permet dans ce sens non seulement d’explorer les enjeux de la performance et de la conférence-performance comme actes d’interprétation et de transmission du savoir, mais aussi d’imaginer la recherche comme une interprétation incorporée du discours, de son unicité et de sa relationnalité.

Notice bio-bibliographique :

Artiste plasticienne et doctorante contractuelle (ED 279 – APESA, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Meris Angioletti mène une recherche en arts plastiques sur la voix et l’oralité, De bouche à oreille. Vocalités et transmissions dans l’art contemporain, sous la direction de Christophe Viart. En ancrant son parcours de recherche sur l’histoire de l’art et du cinéma, en particulier sur les premières formes d’abstraction, aussi bien que sur les sciences cognitives, la psychologie ou l’ésotérisme, elle a travaillé à une série de films sonores et plus récemment à des conférences élargies où elle questionne les structures de la perception, de la mémoire, du corps et de l’émission vocale. Parmi plusieurs projets en cours elle participe à l’exposition Bonaventure (Trafiquer les mondes) – Prix Ricard 2020-2021.

16H55 – 16H15 Discussion 

16H15 – 16H30 Pause


16H30 – 17H30 : Intervention de Mathias Lavin  

Conclusion 

Fin des journées