Problèmes (et solutions) méthodologiques

9H00-9H30 – Accueil des participants

9H30-9H45 – Présentation des journées


9H45 – 10h05 – Karolis BAUBLYS – La poétique de l’interprétation : les risques et les avantages de l’interprète subjectif – Cinéma, sous la direction de Jean-Michel Durafour, Université Aix-Marseille (inscrit en 2017).

Résumé : 

La notion de la poétique de l’interprétation (la méta-poétique) souligne l’individualité, ainsi que la subjectivité du chercheur en sciences humaines. Chaque interprète (le sujet interprétant), possédant un discours individuel et subjectif, n’est pas moins important que le texte à interpréter. Friedrich Schleiermacher nous apprend que tous les hommes sont des artistes. Ce côté artistique de l’interprète confirme l’herméneutique comme art de l’interprétation. Néanmoins, tout art procède selon des règles. Le questionnement de certaines règles de l’herméneutique, proposées par Hans-Georg Gadamer, David Bordwell et Umberto Eco, nous aide à nuancer le rapport entre la science et l’art, l’objectivité et la subjectivité, le texte/film et son lecteur/spectateur. Bien qu’il existe une tension entre l’activité de l’artiste et l’activité de l’interprète, l’affaire de l’interprétation et la production artistique personnelle se trouvent conjointes en une seule personne : l’interprète poétique, qui devient singulièrement le lecteur/spectateur philosophique. Ce type particulier de lecteur interprète les films en se fiant à son sens esthétique, son esprit créatif, son intuition, perception, érudition, au contexte philosophique et culturel. C’est exactement ce type de lecteur/spectateur idéal que prévoit le film Phantom of the Paradise (1974) de Brian De Palma.

Notice bio-bibliographique

Karolis BAUBLYS (né le 7 Septembre 1982) est doctorant en études cinématographiques et audiovisuelles à Aix-Marseille Université. Il prépare actuellement sa thèse de doctorat Polyphonies aquatiques du cinéma. Le concept du film-sirène sous la direction du Professeur Jean-Michel DURAFOUR (Ecole doctorale 354 Langage, lettres et arts ; Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts (LESA EA3274)). 


10H05 – 10H25 Antoine RIGAUD – Dépasser les apories de l’herméneutique par le jeu – Cinéma, sous la direction d’Hervé Joubert-Laurencin, Paris Nanterre (inscrit en 2017)

Résumé : 

Il s’agit dans cette communication de penser l’interprétation comme une pratique historiquement située, articulée à un certain mode de consommation de l’art. Dans la conjoncture actuelle, où l’art est devenu une expérience interactive, tactile, spatialisée, corporelle, en un mot, ludique, l’interprétation nous semble donc devoir être elle aussi envisagée comme un jeu. Cette communication comporte ainsi deux versants : premièrement, affirmer le caractère fondamentalement ludique de l’interprétation en pensant la pratique et la réception de l’œuvre d’art comme relevant du jeu et non pas de l’expression d’un sens ; deuxièmement, illustrer cette réflexion par l’étude du rapport interprétatif qu’impliquent, en tant qu’art interactif, les jeux vidéo. Permettent-ils de dépasser la conception traditionnelle de l’œuvre comme stratification de sens, ou se contentent-il d’ajouter une nouvelle composante à interpréter ?

Notice bio-bibliographique

Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, Antoine Rigaud est doctorant et ATER à l’Université Paris Nanterre. Sa thèse, intitulée « Main du joueur, main créatrice : réminiscences du cinéma d’animation dans les jeux vidéo », est dirigée par Hervé Joubert-Laurencin, et porte sur les filiations, les points d’articulation et les connexités formelles qui existent entre le cinéma d’animation et les jeux vidéo.


10H25 – 10H45 Quentin BARROIS – La sous-interprétation : garde-fou d’une hypothèse heuristique – Cinéma, sous la direction de Benjamin Thomas, Univ Strasbourg (inscrit en 2019)

Résumé :

Cette communication aura à cœur de présenter une méthode de recherche attachée aux formes au sein de mon travail de thèse. Ce dernier entend explorer plus concrètement le système de répétitions et de variations à l’œuvre dans le cinéma tardif de Yasujirô Ozu, caractéristique souvent identifiée mais rarement analysée en tant que telle. S’aventurer dans une telle démarche implique de se maintenir un temps dans une sous-interprétation, c’est-à-dire une lecture volontairement naïve, afin de laisser toute la place à la découverte inattendue de liens et se laisser surprendre par l’importance insoupçonnée de certains motifs, au-delà des logiques singulières des œuvres. C’est une étape de la recherche qui invite à n’ignorer aucune piste, à ne se laisser enfermer par aucun schéma, pas même celui de l’hypothèse initiale d’un sens unifiant les différents films. L’interprétation qui lui succède a ainsi toutes les chances d’aboutir à une lecture renouvelée, soucieuse de rendre la parole aux films plutôt que de les faire parler.

Notice bio-bibliographique :

Quentin Barrois est doctorant à l’Université de Strasbourg, laboratoire ACCRA (UR3402), École Doctorale des Humanités (ED520). Le sujet de sa thèse est : « Répétitions et variations au sein d’un même univers multiple dans le cinéma tardif de Yasujirô Ozu », sous la direction de Benjamin THOMAS. Il a rédigé un Mémoire de Master 2 intitulé « De l’immanent au transcendant : Pour une élaboration théorique d’un hors-champ infini », dirigé par Benjamin THOMAS (soutenu en 2019). Il a participé à des ouvrages collectifs (à paraître) : « Les récits comme réalités virtuelles : Du pouvoir leurrant de l’art dans Jesters : The Game Changers » (au sein d’un ouvrage sur le cinéma coréen dirigé par Nathalie BITTINGER et Daphnée GUERDIN) ; « Du corps en charpie au corps numérique : Le glissement thématique de la violence de Gunnm à Alita : Battle Angel » (actes de colloque sur le corps souffrant à Besançon). Il a également proposé des communications lors de séminaires ou de colloques : « Un hors-champ au-delà de l’horizon : Entre ici, ailleurs et nulle part » (séminaire de recherche interdisciplinaire organisé par Janig BÉGOC, Aurélie COULON et Benjamin THOMAS, ACCRA, Université de Strasbourg) ; « De la fonctionnalité à l’expressivité : proposition typologique du motif de la marche au cinéma »  (colloque interdisciplinaire organisé par Sylvain DIAZ et Guillaume SINTÈS, ACCRA, Université de Strasbourg).

10H45 – 11H15 Discussion 

11H15 – 11H30 Pause