Séance 1

L’engagement d’Alfred Hitchcock contre le nazisme, Correspondant 17 (Séance 1/5 – Cycle Engagements 2022)

Les doctorant·e·s de Paris 1 sont ravi·e·s de vous présenter le cycle de projections « Engagements (titre provisoire) » organisé en marge des journées doctorales qui auront lieu en mai 2022 à l’École des Arts de la Sorbonne (Paris 1 Panthéon Sorbonne), en partenariat avec le cinéma Le Chaplin Saint Lambert (75015).

Ce cycle de cinq projections, de janvier à mai, propose un parcours des différents aspects de ce que l’engagement politique et social peut produire au cinéma. 

Pour la première séance qui aura lieu le lundi 17 janvier, venez (re)découvrir le film d’espionnage de Sir Alfred Hitchcock, Correspondant 17 (Foreign Correspondent, 1940), qui sera présenté par Jean-Loup Bourget, spécialiste du cinéma classique américain et auteur du récent Sir Alfred Hitchcock, cinéaste anglais (Paris, Classiques Garnier, collection “Recherches Cinématographiques”, 2021). 

Correspondant 17 – 1940 – 119 minutes 

Correspondant 17 est le deuxième film d’Hitchcock tourné à Hollywood après Rebecca, produit par Selznick. Film d’espionnage produit par Walter Wanger et tourné pendant les premières années des conflits mondiaux, il garde une filiation importante avec l’œuvre britannique du maître du suspense avec un décor londonien, des acteurs anglais et un canevas narratif reprenant des motifs du chef d’œuvre de la période anglaise : Les 39 Marches (The 39 Steps, Gaumont British Picture Corporation, 1935). 

Dans une Europe sur le point de s’enflammer, le personnage de journaliste improvisé espion et interprété par Joel McCrea incarne cette indécision américaine au début de la guerre et sa prétendue position de neutralité. Comme le montre bien Jean-Loup Bourget, le film se construit ainsi dans la contestation du pacifisme que Hitchcock dénonce avec fermeté : 

« Le message est encore plus explicite que celui qui émanait de The Lady Vanishes [Une femme disparaît, 1938, prod. Gainsborough Pictures] : dans les circonstances actuelles, lutter contre l’agression nazie est le devoir de toutes les démocraties, qu’elles se sentent directement menacées ou non. Face à un tel ennemi, le pacifisme, l’isolationnisme, qu’il soit sincère ou hypocrite, est une illusion mortelle. La différence avec le film précédent est bien sûr que le message s’adresse non plus à des Anglais tentés par l’appeasement munichois, mais à des Américains susceptibles de céder aux sirènes de l’America First Committee, implicitement désigné comme germanophile et un allié au moins “objectif” des nazis. Rappelons qu’en 1940, l’opinion américaine, divisée, reste très majoritairement hostile à une intervention directe dans le conflit. » (pp. 85-86)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search